LA DANSE

LA DANSE

La danse, c’est la porte ouverte en soi de la cage du grand primate.

La danse, c’est un type trappu qui philosophe sur la multidimensionnalité de notre être-là.

La danse, c’est un petit buddha qui groove sur le tout est déjà là.

La danse, c’est ce monsieur autiste qui s’est adressé à toi en faisant valser une petite cuillère.

La danse, c’est le furieux plaisir d’être en corps.

La danse, c’est la chorale noise music des cellules.

La danse, c’est les cellules qui se touchent.

La danse, c’est la luxure du bordel des cellules.

La danse, c’est la pensée à poils.

La danse, c’est une bestiole qui explose sous les diaphragmes et fait des claquettes le long des colonnes vertébrales.

La danse, c’est un alien qui rêve de Sigourney pendant le quart d’heure américain.

La danse, c’est une crevette qui porte son attention sur le plancton.

La danse, c’est un enfant têtu qui joue à se faire peur.

La danse, c’est le Gérard Majax de la sensation.

La danse, c’est la Mata Hari de l’imagination.

La danse, c’est l’anti-liste.

Ce que je demande à la danse, c’est de laisser exister tout ce monde, et tous les autres aussi.